Projet 3290 : Rénovation de l’hôtellerie

Bénédictines de Jaroslaw (Pologne)

 

CommuniteL’ancien complexe église et monastère bénédictin a été fondé par la propriétaire de la ville, la princesse Anna Ostrogska, qui en 1611 a amené des sœurs bénédictines de Chełmno à Jarosław. Le complexe comprend une église, un monastère, un maison pour l’aumônier et une maison d’hôtes. Après la première partition de la Pologne, les autorités autrichiennes ont dissous le monastère en 1782. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le monastère abritait une prison, le quartier de l’abbaye étant un lieu d’exécution.

Les religieuses bénédictines sont retournées dans l’ancienne abbaye en 1991, après 211 ans d’absence, et ont vécu dans le bâtiment d’après-guerre de l’ancien pensionnat pour femmes. Quelques années plus tard, incapables d’entretenir et de rénover un tel complexe détruit, les sœurs ont remis l’église et l’ancien monastère à l’archidiocèse. Le complexe abrite actuellement un certain nombre d’activités chrétiennes : radio, centre culturel et de formation, paroisse...

Les sœurs ont transformé le dortoir en monastère, elles ont également rénové deux autres bâtiments qui servent actuellement pour l’accueil des hôtes. La communauté comprend actuellement six sœurs.

La communauté a ouvert un jardin d’enfants qui accueille une cinquantaine d’enfants de 2 à 6 ans. L’accueil du monastère est très sollicité : retraites, conférences, sessions, réunions… Les sœurs soutiennent aussi des familles dans le besoin, notamment en raison de la pandémie du coronavirus.

 

Requête

À cause de la pandémie, les normes pour les centres d’accueil sont plus exigeantes, notamment en ce qui concerne les locaux des sanitaires. Dix chambres de l’hôtellerie doivent être rénovées pour répondre à ses exigences ainsi que les espaces pour les groupes. La vétusté du site demande aussi des améliorations au niveau électrique, des circuits d’eau, des remplacements de fenêtres et de planchers.

Le monastère étant situé à 40 km de la frontière avec l’Ukraine, beaucoup de familles ayant fui la guerre se présentent à l’accueil.

Une aide financière serait nécessaire pour terminer la rénovation.

 

Aide souhaitée : 15 000 euros.

Soutenir ce projet