Côte d’Ivoire - Monastère de Bouaké, osb

Projets 3293 & 3294 - Hautes études


GroupeLe monastère de Bouaké fut fondé par des moines bénédictins du monastère de Toumliline (Maroc) en 1959, lui-même fondation de l’abbaye d’En-Calcat (France). À proximité de la ville de Bouaké, seconde ville de Côte d’Ivoire et ville universitaire, les frères sont en relation avec les citadins et les ruraux du voisinage. La vie économique du monastère est assurée par l’élevage de poules pondeuses et quelques activités secondaires. Le rayonnement du monastère est d’abord dû à l’hôtellerie qui accueille prêtres, religieux/ses, laïcs, jeunes et adultes, pour des retraites ou des récollections. La communauté comprend vingt-quatre frères dont deux profès temporaires, deux novices, un postulant et un stagiaire.

En 2016, soucieux de la formation des moines, le supérieur du monastère de Bouaké a mis en place un Studium de formation philosophique et théologique lié à la Faculté de théologie de l’UCAO (Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest). Une convention a été établie entre le Studium et la Faculté concernant le parcours d’études, les professeurs concernés de la Faculté ainsi que les diplômes. D’abord proposé aux frères en formation à Bouaké, le Studium s’est ouvert en 2019 aux moines et moniales d’autres monastères.

Le Studium étant sous la tutelle académique de l’UCAO, seuls les frères pourvus d’au moins un Master sont habilités à dispenser des cours. Pour que le projet soit pérenne, il est donc essentiel que quelques frères de la communauté soient diplômés au-delà du baccalauréat canonique. Pour cela, frère Aimé, déjà diplômé en théologie par l’Institut Catholique de Toulouse, est en deuxième année de Master en doctrine sociale de l’Église au centre de formation des dominicains à Yamoussoukro où il fait un mémoire sur l’Église-fraternité.

Le frère Guy, déjà diplômé en théologie à l’UCAO, poursuit ses études à l’Institut jésuite de l’Afrique de l’Ouest (ITCJ) où il fait un mémoire sur le dialogue interreligieux, en tenant compte du contexte socio-culturel de la Côte d’Ivoire.

Une aide financière serait nécessaire pour les frais d’études.


Montant souhaité : 4 000 euros

Soutenir ce projet