Secrétariat de l’AIM

Les moines bénédictins de Shantivanam
(Tamil Nadu, Inde)

 

Le Tamil Nadu, littéralement « pays des Tamouls », est un État d’Inde du Sud. Il compte environ 72 millions d’habitants pour un peu plus de 130 000 km2. Le Tamil Nadu est plus riche et plus urbanisé que la moyenne nationale. La capitale de l’État est Chennai (autrefois appelée Madras). Le Tamil Nadu a été créé selon des critères linguistiques en 1956 : il correspond à peu près aux régions d’Inde où l’on parle tamoul.

Le Tamil Nadu se distingue des autres États de l’Inde par la richesse de son architecture religieuse. Sa langue officielle, le tamoul, est l’une des plus anciennes du monde. Situé au sud-est de la péninsule, le Tamil Nadu fait preuve d’une grande richesse culturelle.

Le Tamil Nadu est le premier État indien producteur de jasmin. 55 % de l’énergie d’origine éolienne produite en Inde l’est au Tamil Nadu. Dans l’État du Tamil Nadu, le sable de plage recèle des minerais très convoités, comme le grenat, l’ilménite, le rutile, le zircon, le silicate, le leucoxène ou la monazite. Depuis des années, de véritables mafias font la loi dans ce secteur.


La communauté

jardinLe monastère de Shantivanam a été fondé en 1950 par deux français, le père Jules Monchanin (prêtre diocésain) et le père Henri Le Saux (moine de Kergonan). Leur objectif était d’intégrer le monachisme bénédictin à la vie traditionnelle indienne de l’Ashram.

En 1953, le père François Mahieu (moine de Scourmont, Belgique) – nommé plus tard Francis Acharya – rejoint l’ashram, suivi du père Bede Griffiths (moine de Prinknash, Angleterre) un peu plus tard. Ces deux derniers, plus attirés par la vie cénobitique, fondèrent le monastère de Kurisumala en 1958.

Le père Monchanin est décédé en 1957, et Henri Le Saux, de plus en plus attiré par la solitude, s’installa dans un ermitage aux sources du Gange. Seul Bede Griffiths revint à Shantivanam en 1968 où il devint prieur.

En 1982, Bede Griffiths obtint l’affiliation du monastère à la congrégation bénédictine des Camaldules, congrégation favorisant la vie érémitique.

La chapelle du monastère est construit selon le type des temples hindous du sud de l'Inde.

La communauté comprend aujourd’hui quatorze moines dont quatre de vœux temporaires.

HotesEn raison de la renommée de mystique chrétien de Bede Griffiths, beaucoup de personnes d’Europe vinrent passer du temps à Shantivanam, le monastère recevant alors beaucoup de dons. Bede Griffiths encouragea les moines à utiliser ces dons, non pour le monastère, mais pour les personnes pauvres d’alentours (éducation, maison d’accueil, dons divers). Le monastère possède seulement une petite ferme et quelques champs.

Après le décès de Bede Griffiths, les dons s’amenuisèrent. Les moines subvenaient à leurs besoins grâce à leur activité agricole.

Aujourd’hui, les ressources sont moins élevées : le rendement des terres agricoles est moins important que les coûts, tel que le salaire des ouvriers. Cette situation est identique pour tous les petits agriculteurs du pays. La communauté souhaite augmenter son cheptel avec vingt vaches laitières supplémentaire, afin d’obtenir plus de lait qui pourra être vendu. L’AIM participe à la remise en état d’un bâtiment pour mener à bien ce projet.

Le rayonnement du monastère est important en Inde, et même au niveau international. La perspective du dialogue interreligieux y est toujours bien présente.