Secrétariat de l’AIM

Iwuru, fondation du monastère
d’Ewu-Ishan (Nigéria)

 

Le Nigéria est un pays d’Afrique de l’Ouest situé dans le golfe de Guinée. Avec plus de 186 millions d’habitants en 2014, le Nigéria est le pays le plus peuplé d’Afrique et le septième pays du monde par son nombre d’habitants. Le poids économique et démographique du Nigéria lui ont valu le surnom de « Géant d’Afrique ».

Le sous-sol est riche en ressources naturelles (pétrole et gaz) et constituent la principale source de revenu du pays. Le pays est le premier producteur d’or noir d’Afrique. Le Nigéria produit également un certain nombre de métaux (étain, fer, plomb, zinc…) ainsi que du charbon.

Toutefois, le pays demeure relativement pauvre, en raison notamment d’une forte corruption (fuite des capitaux). C’est ainsi que le Nigéria est le seul pays du monde disposant d’importantes ressources pétrolières à présenter un déficit budgétaire. En 2015, plus de la moitié des Nigérians vit avec moins de 1,25 $ par jour. À peine un quart de la population bénéficie des revenus du pétrole.

Le pays fait partie de la communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Il a envoyé des soldats au Libéria et en Sierra Leone, et a proposé son aide pour résoudre de nombreuses crises.

Les deux principales religions sont le christianisme et l’islam. Le Nord du pays est à majorité musulmane tandis que le Sud est à majorité chrétienne. Les chrétiens nigérians sont pour les trois-quarts protestants évangéliques et pour un quart catholiques. Depuis 2009, les interventions du mouvement Boko Haram, qui vise à contrôler la population du nord-est du pays et à installer la charia dans l’ensemble des autres États, s’est muée en un conflit armée avec les forces armées nigérianes. Les attaques de Boko Haram ont des répercussions humaines (13 000 morts au Nigéria et plus de 1,5 million de déplacés) et économiques, dont en premier lieu une pénurie alimentaire.


La communauté

IwuruSur l’insistance de l’Évêque, ami de la communauté, les moines de Ewu-Ishan ont repris une petite fondation à l’extrême Est du pays. Cette fondation était le projet d’un prêtre diocésain ayant fait son noviciat à Ewu-Ishan, mais la fondation n’a pas réussi à se développer. Cinq moines d’Ewu-Ishan ont été envoyés à Iwuru qui est devenu en 2018 une cella du monastère. En 2020, il y a déjà quatre novices et quatre aspirants. La fondation d’Iwuru possède 150 hectares de terres agricoles ; il y a une immense plantation de palmiers, plantain, bananeraie et cacaoyer. Les frères ont commencé une production d’huile de palmes et une petite porcherie.

Sur le terrain existent déjà deux petites maisons destinées à l’accueil, l’une comprenant cinq chambres et l’autre quatre. Un gros travail de rénovation doit être engagé pour améliorer les chambres et sanitaires.