Père Blasio Park, osb
abbé, et la communauté de Waegwan (Corée du Sud)

 

Abbé émérite Simon Petrus (Hyeong-U) Ri, osb

30 septembre 1946 – 27 novembre 2016

 

PPetrusNotre bien-aimé Simon Petrus (Hyeong-U) Ri, osb, abbé émérite, est mort subitement le 27 novembre 2016, premier dimanche de l’Avent.

Simon Ri, fils aîné de Petrus Ri et d’Agatha Kim, est né le 30 septembre 1946 à Chaeryong, province de Hwanghae, actuelle Corée du Nord. Après la division de la Corée et l’expropriation par les communistes des terres qu’ils possédaient, ses parents se sont enfuis en Corée du Sud, avec leur bébé, en 1947. Là, son père rejoignit l’armée qui l’affecta successivement à divers endroits. Enfin, la famille s’installa dans une zone où travaillaient des bénédictins missionnaires. La mère de Simon exerça de nombreuses années en tant que catéchiste dans diverses paroisses. Durant ces années, elle a donné naissance à trois fils et trois filles. L’une d’elles, Anna Maria, est actuellement religieuse bénédictine olivétaine.

Simon a étudié à Sun Sim Middle et au lycée de Waegwan ; il habitait alors une maison proche du monastère. En 1965, il entre au monastère come postulant. Après avoir effectué son service militaire (trois ans) et terminé son noviciat, il prononce ses premiers vœux le 15 février 1971. Il commence alors à étudier la théologie à Kwangju et à Séoul. Après ses vœux solennels, le 15 février 1974, il poursuit ses études à l’université pontificale Saint-Anselme de Rome. Il obtient son doctorat en patrologie à l’institut Augustinianum de Rome. Il est ordonné prêtre en 1977. Après son retour en Corée en 1984, il a servi comme curé des villes de Gumi et Daegu (1985-1988). De 1988 à 1994 il fut maître des novices de l’abbaye de Waegwan. Puis il devint directeur de la maison de retraite de Waegwan qui, à cette époque, était très réputée dans le sud-ouest de la Corée.

PPetrusliturgiePeu après son retour de Rome, le père Simon commença à donner régulièrement des cours aux membres des ordres religieux, dans notre institut de théologie de Daegu. Ses matières étaient la patrologie et la christologie. Il a également enseigné la patrologie au grand séminaire de Daegu. Il animait aussi fréquemment des retraites de communautés religieuses. À cette époque, le père Simon commença à traduire les Pères ; ses traductions ont été publiées par les bénédictins. Ces traductions incluaient également le texte original. Ultérieurement d’autres experts en patrologie se joignirent à lui. En 1977, le prieur de l’abbaye désigna le père Simon comme son adjoint et sous-prieur de l’abbaye. C’est pendant qu’il occupait ces fonctions qu'on lui a également demandé de créer l’institut des oblats de l’abbaye de Waegwan. Les premiers oblats purent y être reçus en 1988 ; en quelques années ils sont devenus des centaines.

Le 23 août 2001, les membres de la communauté ont élu abbé le père Simon. Il a été consacré le 11 septembre par l’archevêque de Séoul, le cardinal Stephen Kim. La devise du nouvel Abbé était « Serviamus invicem » (« Servons-nous les uns les autres »). Tout au long de ces années, en tant que moine et abbé, il demeura attaché à son idéal monastique. Puisqu’il était administrateur apostolique de l’abbaye de Tokwon, en Corée du Nord, l’abbé Simon était membre de la Conférence des évêques catholiques de Corée. À ce titre, il fut président de la commission pour l’apostolat biblique pendant de nombreuses années.

Dans la nuit du Jeudi saint au Vendredi saint 2007, le bâtiment principal du monastère prit feu. Ce fut une grande épreuve pour l’ensemble de la communauté et surtout pour l’abbé Simon. Mais grâce aux aides reçues de nombreux bienfaiteurs, de Corée et de l’étranger, il parvint à faire reconstruire le monastère plus beau et plus grand qu’il n’était. Le centenaire de la présence bénédictine en Corée put être célébré comme prévu à l’automne 2007 dans les nouveaux bâtiments. Cependant tout cela eut un prix : la santé de l’abbé Simon en subit le contrecoup. Cela l’a conduit à démissionner de sa charge d’abbé au printemps 2013. Il devint alors aumônier du couvent des sœurs trappistines à Sujong (Masan). Les conditions de vie y étaient bonnes, mais sa santé continua à se dégrader.

Le matin de sa mort il se rendait à pied, alors qu’il avait des difficultés à respirer, à l’église des religieuses pour célébrer la messe du premier dimanche de l’Avent. Une fois dans l’église, il s’est effondré et est décédé d’une crise cardiaque. Ce fut une mort inattendue pour l’abbé Simon lui-même et pour nous tous. Pour nous, moines de Waegwan, pour sa mère, pour ses frères et sœurs, pour beaucoup d’oblats et pour les chrétiens qu’il a servis grâce à ses grandes connaissances et sa grande ferveur, sa mort fut une perte énorme.

PPetruscercueilLes funérailles de l’abbé Simon ont été célébrées le 29 novembre à l’église abbatiale. Beaucoup d’évêques, de prêtres, de religieux et de laïcs sont venus y participer et dire au revoir à notre cher Abbé. Après le Requiem, l’abbé Simon a été inhumé dans le cimetière de notre abbaye près de la rivière Nakdong.

Que Dieu le récompense abondamment pour tout ce qu’il a fait pour notre collectivité et pour toute l’Église de Corée !