Chères lectrices, chers lecteurs,

Du 20 au 29 septembre s’est déroulé à Saint Anselme, Rome, le Congrès des abbés de notre Confédération bénédictine. Tous les quatre ans les Supérieurs Majeurs du monde entier se rencontrent pour discuter des affaires de la Confédération et Saint Anselme et décider des orientations à prendre. 230 supérieurs étaient présents cette fois-ci, ainsi que 24 représentantes des Bénédictines, 5 représentants des Patriarcats orthodoxes et 2 abbés représentant les monastères anglicans. Les Abbés généraux des Cisterciens et des Trappistes, si proches de nous par notre Règle commune, nous ont également adressé un message de salutation. Sans oublier les représentants de l’Athénée, du Collège et de l’administration de Saint Anselme. 5 langues étaient officiellement représentées : l’italien, l'anglais, l'espagnol, le français et l'allemand. Les traducteurs et traductrices n'ont pas eu toujours la tâche facile pour sauter d’une langue à l’autre. 3 secrétaires ont pris des notes pour rédiger ensuite un rapport. Puisque nous étions obligés d’utiliser encore notre église comme local de réunion, nous allions généralement chez les Dominicains à Sainte Sabine pour célébrer ensemble l’Eucharistie à midi ; en revanche nous chantions Laudes et Vêpres en latin dans le chœur de St Anselme. Il s'en dégageait une unité impressionnante dans la louange de Dieu.

Saint Anselme, avec son Athénée et son Collège, occupe une place importante dans les discussions, comme projet commun de la Confédération, et évidemment aujourd'hui aussi sur le plan financier. Il s'est avéré dans le passé que ces discussions prenaient une place disproportionnée, parce que beaucoup d’abbés sont récemment établis dans leur charge ou n'ont pas étudié ici ; par conséquent, à chaque Congrès, beaucoup de questions déjà clarifiées doivent être réexaminées et explicitées. C’est pourquoi nous avons cette fois placé avant le Congrès deux journées d'information, auxquelles 70 supérieurs ont participé.

Nous avons aussi un peu modifié la méthode. Précédemment, nous préparions, à partir des exposés sur Saint Anselme en 5 conférences, un sujet précis à débattre ensuite en groupes, avec une remontée des groupes en assemblée plénière. Cette fois nous n'avons eu que deux conférences sur ce thème : "la mondialisation : un fait, un défi et une chance". Le premier exposé donnait un éclairage sur la situation actuelle et ses conséquences, le second abordait la question plutôt dans une perspective spirituelle. Il s’agissait de fixer le cadre dans lequel les discussions des différents ateliers seraient à même de poser un certain nombre de questions débattues actuellement dans nos monastères : formation des jeunes et formation continue, gouvernement des monastères et abbés non prêtres, communautés traversant des situations difficiles, les relations hommes-femmes dans les congrégations mixtes, les questions de liturgie, gestion financière, tradition et créativité, l’avenir du monachisme, les abus sexuels, les communautés d’oblats et les communautés nouvelles, l’œcuménisme et le dialogue inter-religieux. Des rapports sur nos régions et les organisations bénédictines ont contribué à élargir notre horizon. Une matinée fut consacrée à l'audience auprès du Très-Saint-Père ; un jour était prévu pour des excursions à Subiaco, au Mont Cassin et à Nurcie. Au total, le Congrès a été émondé, l’intérêt fut soutenu et la participation active de chacun jusqu’au bout l’attesta d’ailleurs. Les modérateurs du Congrès, les abbés Richard Yeo (Downside), Jean-Pierre Longeat (Ligugé) et Jeremias Schröder (St. Ottilien) ont aidé à ce niveau de façon déterminante.

Notons encore un point particulier. Les Bénédictines se sont unies en 2001 à Nairobi dans une forme de communauté spirituelle, la "Communio Internationalis Benedictinarum" et elles ont révisé les statuts précédents de la Consociatio. La version révisée de ces statuts fut acceptée avec une écrasante majorité par le Congrès. Mère Máire Hickey (Dinklage), modératrice des Bénédictines, fut alors priée sous des applaudissements fournis de prendre la place à côté de moi. A l’avenir nous voulons marcher de plus en plus de concert sur notre commune voie bénédictine.

La préparation du Congrès des abbés incombe au Synode des Présidents. Il a examiné les désirs des participants au Congrès suivant et formé une commission qui s'est réunie à différentes reprises. L'élaboration a duré jusque peu de temps avant la date du Congrès, lorsque la commission pour Saint Anselme rencontra des représentants de presque toutes les Congrégations.

Remercions tous ceux qui ont contribué à la réussite de ce Congrès ; mentionnons les employés de la cuisine qui nous ont très spécialement bien soignés, les employés de la maison et les jeunes frères de différents monastères venus aider.

Le présent Bulletin souhaite vous donner, par la publication de quelques textes, une impression de cet événement si central pour nous Bénédictins. Le Bulletin de l’AIM est très précisément le lieu adéquat pour cela. Cette publication paraît en plusieurs langues et est la plus largement diffusée dans notre Ordre. J'espère ainsi que le Congrès des abbés portera des fruits dans nos monastères. On remarquait au Congrès un intérêt grandissant pour la croissance des monastères d’Amérique latine, d’Afrique et d’Asie et leurs questionnements. Ces monastères gagneront sûrement en importance lors de prochains congrès. Etant donné que seuls les supérieurs de maisons indépendantes participent au Congrès, et que les nouvelles fondations ont besoin de beaucoup d’années pour acquérir leur autonomie, l'Afrique et l'Asie sont naturellement sous-représentés. Pourtant à chaque nouveau Congrès un nombre croissant de visages venant de ces pays apparaissent par bonheur. L'Amérique latine est certes bien représentée, mais les événements qui s’y passent intéressent les autres. Nous sommes sur le meilleur chemin pour devenir une Confédération toujours plus mondiale. Le Bulletin de l’AIM reflète ce processus. Puisse l’héritage de notre Père saint Benoît s’inscrire ainsi dans toutes les cultures.

Dom Notker Wolf, OSB, Abbé Primat