Sœur Marie-Enosh Cho, osb
Prieure de Busan (Corée du Sud)

La formation des bénédictins
et bénédictines en Corée du Sud

 

À l’occasion d’un questionnaire lancé par l’AIM dans différentes régions du monde au sujet de la formation monastique, une des réponses portait sur la formation monastique en Corée du Sud. Nous croyons intéressant de donner cette contribution telle quelle, car elle rend compte d’un état des lieux dont beaucoup de points recoupent des préoccupations et des propositions d’autres régions du monde.

 

I- Formation initiale, noviciat

CoreeMEnoshChoChaque Congrégation gère son propre programme de formation durant la période initiale. La formation porte sur la prière, l’étude, le travail, la vie communautaire ; il peut y avoir des séminaires ou des ateliers destinés à mieux comprendre la nature humaine.

Entre l’entrée dans la communauté et la première profession s’écoulent en général quatre ans pour les femmes (un an d’aspirat, un an de postulat, deux ans de noviciat) et deux à trois ans et demi pour les hommes.

Certaines Congrégations ont leurs propres classes de spiritualité, de catéchèse et de théologie pour la formation initiale ; d’autres envoient les candidat/es à l’institut de théologie d’une autre Congrégation religieuse ou du diocèse. Pendant cette formation, l’attention porte sur la vie de prière, l’éducation, l’expérience de la vie religieuse.

– Cours : Bible, théologie dogmatique, liturgie, spiritualité, psychologie, doctrine sociale de l’Église, règle de saint Benoît, constitutions, statuts et coutumes de la Congrégation, psychologie, écologie, anglais, latin, musique liturgique, orgue.

– Séminaires sur la compréhension de soi et des relations, communication.

– Accompagnement spirituel régulier et aide psychologique si besoin.

– Expérience d’apostolat temporaire.

 

II- Juvénat

1- Durée

Femmes : cinq à six ans.

Hommes : trois à sept ans.

 

2- Contenu de la formation

CoreenovicesPour les femmes :

– Orientation spirituelle avec la maîtresse des professes temporaires : réunions et retraites régulières.

– « Second noviciat » d’un an avant les vœux perpétuels : travail et études ; les trente jours d’exercices spirituels de saint Ignace de Loyola.

– Réunions régulières des jeunes professes au sein de chaque Congrégation.

– Formations diverses selon les missions d’apostolat.

– Travail au sein de la Congrégation et/ou missions apostoliques pour l’Église.

– Expérience de la mission et apprentissage de l’anglais pour les futures missionnaires.

– Rencontres régionales mensuelles pour les professes temporaires.

Pour les hommes :

– Études de philosophie et de théologie au séminaire en vue du sacerdoce. Les moines qui ne sont pas destinés à être prêtres étudient aussi la théologie et d’autres matières nécessaires à la mission apostolique.

– Participation à des séminaires de psychologie spirituelle pour la compréhension de soi.

– Demande de conseils, individuellement ou en groupe.

– Participation à des missions et des œuvres apostoliques.

 

CoreeMeeting3- Programmes de formation inter-Congrégations

Réunions annuelles pour les jeunes profès des ordres bénédictins coréens.

Conférences internationales pour les jeunes profès de chaque congrégation.

 

III- Formation continue

1- Programmes de formation continue organisés indépendamment par chaque Congrégation

Pour les femmes :

– Participation aux programmes de formation continue proposés chaque année et portant sur la doctrine de l’Église, le renouveau de la vie religieuse, la compréhension de la nature humaine.

– Participation aux programmes de formation continue organisés par les Congrégations.

– Retraite de trente jours pour les 10e, 25e et 40e anniversaires de profession religieuse.

– Participation au programme de formation pour un renouveau, dans les six à douze mois avant ou après le jubilé d’argent (25 ans).

– Séminaires de formation pour les sœurs aînées.

– Pèlerinage à l’étranger.

Pour les hommes :

– Participation aux formations et séminaires prévus au sein de la congrégation.

– Pèlerinage à l’étranger.

 

2- Participation à des cours

Ces cours, qui portent sur la croissance personnelle, le mitan de la vie, la responsabilité de mouvements, sont proposés par l’Institut de théologie et l’Institut de formation et sont organisés par l’association des supérieurs majeurs.

 

CoreemembresIV- Séminaires et rencontres des responsables de formation

1- Préparation destinée aux formateurs qui seront en charge de la formation initiale ou continue

Après la profession perpétuelle, cours portant sur la théologie, les Écritures, le monachisme, la règle de saint Benoît, la psychologie spirituelle, etc.

Cours de formation de formateurs, en Corée ou à l’étranger.

Formation à l’accompagnement spirituel : l’association des supérieurs majeurs anime un stage d’un an.

 

2- Formation continue des responsables de formation

Les formateurs se réunissent chaque année : ils établissent le programme des réunions et organisent des séances de discussions sur les sujets retenus.

Les réunions de formateurs sont très actives au sein de l’association (formation initiale, formation continue, vie religieuse et grand âge…).

Participation à des rencontres internationales de formateurs organisées par la Confédération bénédictine.

 

V- Formation des supérieurs

Des conférences et des réunions destinées aux supérieurs bénédictins et bénédictines sont organisées deux fois par an par l’association des supérieurs majeurs.

Les supérieurs des congrégations se réunissent aussi pour entendre une conférence ou discuter sur un sujet donné.

Les supérieures des petites communautés de bénédictines se réunissent chaque année pour se former et discuter de leur rôle et de leur responsabilité.

Il y a aussi des réunions destinées aux cellériers.

 

Informations supplémentaires concernant la formation des bénédictins coréens

CoreeWaegwanLes Ordres bénédictins de Corée appartiennent aux congrégations des bénédictins de Saint-Ottilien ou de Tutzing (Allemagne), des sœurs olivétaines (Suisse), des frères olivétains (Italie). Ces Congrégations – à l’exception de celle des frères olivétains qui se sont installés en Corée du Sud dans les années 1980 – ont toutes commencé en Chine ou en Corée du Nord, pays maintenant sous régime communiste. Les communautés, qui ont toutes connu des expatriations, des exils et des emprisonnements de la part des gouvernements communistes, sont alors parties en Corée du Sud.

Les bénédictins coréens ont grandi et ont trouvé leur stabilité ; ils peuvent témoigner de la vie et de la spiritualité bénédictines dans l’Église catholique coréenne, et servent l’Église par divers ministères apostoliques.
Les bénédictines de Tutzing et les olivétaines ne sont pas cloîtrées et sont chargées de ministères apostoliques ; elles constituent un grand groupe comportant des centaines de membres. Ce qui distingue la vie des sœurs bénédictines coréennes est le fait qu’elles ont des ministères apostoliques et vivent en petites communautés.

Même si le nombre de vocations a fortement diminué en Corée au cours des vingt dernières années, il reste relativement important par rapport à d’autres pays et ceci est probablement dû à l’effort fait pour la formation initiale et les études. La Corée était un pays de mission ; la catéchèse, la théologie, les Écritures, la spiritualité ont été considérées comme primordiales pour la formation initiale et l’approfondissement de l’esprit chrétien ; tout ceci a favorablement influencé l’apprentissage et la compréhension des principes fondamentaux de la vie consacrée.