Éditorial

Père Jean-Pierre Longeat, osb

Président de l'AIM

 

JPLongeatLe congrès des abbés et prieurs bénédictins vient de se tenir à Rome du 5 au 16 septembre. Ce numéro du Bulletin de l’AIM en donne un large écho. Nous réservons pour des numéros prochains les contributions qui ont été faites lors des nombreux ateliers de ce congrès.

Un nouvel Abbé Primat a été élu. Il s’agit de dom Gregory Polan, jusqu’alors abbé de Conception aux USA. Nous le connaissons bien à l’AIM puisqu’il est membre du Conseil. Il a toujours accordé un grand intérêt à notre travail et nous sommes bien sûrs qu’il sera pour nous un grand soutien. Nous l’assurons de notre prière et lui présentons nos vœux.

Dom Notker Wolf s’est lui-même toujours inveSGHappsti pour l’AIM et même lui a donné une nouvelle impulsion. Qu’il soit ici remercié pour l’immense travail qu’il a accompli pour Saint-Anselme, pour la confédération bénédictine et bien au-delà.

Les mois à venir vont marquer une étape importante de la vie de l’Alliance Inter-Monastères car la Secrétaire générale de notre organisme va retourner dans son monastère d’Eibingen après plus de quinze années de service.

On se rappelle qu’après la démission du père Marie-Bernard de Soos, en 1997, le nouvel Abbé Primat, Marcel Rooney, restructure l’AIM pour mieux l’adapter au service international que cet organisme est appelé à rendre. Le père Martin Neyt, osb, devient le président de l’AIM. Le père Jacques Côté, osb, est nommé Secrétaire général et réside à Rome. L’AIM devient « Alliance Inter-Monastères ». Les échanges réciproques entre les continents s’accentuent. En 2001, sœur Gisela Happ entre au Secrétariat de l’AIM, à Vanves. Elle en deviendra un an plus tard la Secrétaire générale. Quelques années plus tard, elle sera secondée par sœur M.-Placid Dolores, osb (abbaye de Cogon, Philippines). En 2004, un nouveau règlement intérieur confirme la réforme des structures mises en place en 1997. En 2006, l’AIM crée un studium à Vanves, dans des locaux du prieuré Sainte-Bathilde, le Centre Jean XXIII, pour accueillir de jeunes moniales d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie venant étudier à Paris.

Inlassablement durant ces quinze années, sœur Gisela n’a eu de cesse de mener à bien les tâches du Secrétariat général. Les statuts actuels de l’AIM prévoient simplement que le Secrétariat général assure la coordination des demandes d’aide arrivant à l’AIM et les relations avec les centres régionaux dans d’autres pays d’Europe (en vue de la levée de fonds). Concrètement, les tâches sont multiples :

– administration ;
– coordination des requêtes pour les projets des monastères adressées à l’AIM ;
– contact et coordination avec les centres régionaux ;
– recherche de fonds ;
– organisation des réunions du Conseil, du Comité exécutif, de l’Équipe internationale ;
– participation à certaines réunions ou sessions monastiques en France ou à l’étranger ;
– gestion des locaux de l’AIM à Vanves.

DSC 2117Sœur Gisela est entrée au monastère d’Eibingen (Allemagne) en 1972 ; elle était alors bien décidée à passer sa vie entière sur les quatre hectares de la clôture du monastère. Elle a assuré la charge de la cellérerie pendant de nombreuses années. Elle a suivi de près la fondation de Marienrode ; durant les quatre années de la période de fondation, elle transféra déjà sa stabilité dans le véhicule qui ne cessait de la transporter sur l’autoroute entre Francfort et Hanovre, et elle laissa une partie de son cœur dans ce nouveau monastère.

Lorsqu’elle fut appelée à devenir Secrétaire de l’AIM, elle s’inquiéta de n’avoir appris le français que durant la période scolaire et d’être en grande difficulté pour le parler couramment ; par ailleurs, elle ne s’était pas intéressée directement jusqu’alors au développement du monachisme en Asie, en Afrique et en Amérique Latine. Elle savait aussi qu’elle aurait à voyager alors que malheureusement, elle a toujours eu mal au cœur dans tous les moyens de transport. Elle détestait les voyages. Quand elle s’est retrouvée sur les Champs-Elysées à Paris, elle s’est dit : « Ich bin im falschen Film » (je suis dans un mauvais film, dans un mauvais rêve) et ce fut la même pensée lorsqu’elle fut à Sydney ou en Chine où un simple fleuve la séparait de la Corée du Nord !

SMPlacideAvec une redoutable efficacité, elle acquit les compétences nécessaires et releva de nombreux défis. Sœur Gisela a toujours dit que sans la collaboration de sœur M.-Placid, elle n’aurait pas pu accomplir ce travail. Sœur M.-Placid a été, dit sœur Gisela, le plus grand cadeau pour elle durant son temps à l’AIM. Elle raconte qu’avec elle, elle a réappris à parler anglais. En effet, sœur M.-Placid a pris des cours de français à son arrivée. Aussi, les deux sœurs prirent la bonne résolution qu’à partir de ce moment, aucun mot anglais ne sortirait de leurs lèvres, mais il en fut comme de toutes les bonnes résolutions : depuis lors, elles ne cessèrent de parler anglais !

En assurant la création du Centre Jean XXIII, sœur Gisela souhaitait non seulement favoriser les études pour les sœurs de la famille bénédictine à Paris mais aussi participer au développement de la communauté de Vanves. Elle y réussit remarquablement. Elle a donc eu à gérer deux chantiers de rénovation : le studium et le lieu d’hébergement de l’AIM. Par ce travail, elle a appris beaucoup de choses et voue une grande reconnaissance à l’architecte et aux entreprises portugaises qui ont réalisé les chantiers. Beaucoup d’intervenants sont devenus pour elle des amis !

Sœur Gisela dit maintenant se sentir Vanvéenne. Elle possède la carte électorale du lieu. Elle connaît bien le Maire ainsi que les éboueurs. Elle se sent vraiment chez elle à Vanves. Pourtant, sœur Gisela n’est pas une sœur de la communauté de Vanves. Elle va retourner au printemps dans sa communauté d’Eibingen qui vient de perdre tristement son abbesse, Mère Clementia Killewald, et d’en élire une nouvelle, Mère Dorothea Flandera.

Attachée à la prière quoique très active, sœur Gisela s’est concentrée sur son travail au Secrétariat de l’AIM et dans la communauté de Vanves. Sensible et soucieuse de faire aboutir ce qu’elle entreprend, elle a permis à l’AIM de se développer et de venir en aide financièrement à des projets de plus en plus nombreux.

L’AIM est très reconnaissante à sœur Gisela de tout ce qu’elle a fait si fidèlement durant toutes ces années. Elle restera heureusement en relation avec l’AIM et assurera le lien avec les pays germanophones. Sœur Christine Conrath, moniale de l’abbaye de Jouarre, intégrera le Secrétariat de l’AIM dès l’automne et recevra de sœur Gisela toute l’initiation nécessaire. Sœur M.-Placid restera elle-même en charge au Secrétariat de l’AIM jusqu’en 2018.