La Communio Internationalis Benedictarum (CIB)

 

logocibLa Communio Internationalis Benedictarum (CIB) est née en 2001 à Nairobi au Kenya lors d’une rencontre des représentants des communautés bénédictines féminines du monde entier. Cela faisait environ trente ans que des efforts avaient été entrepris pour réunir par un lien fraternel les moniales et les soeurs affiliées à la Confédération bénédictine. Si chacune des communautés a son charisme propre et sa particularité, les sœurs ont appris à reconnaître et à apprécier leur unité dans la règle de saint Benoît et dans la tradition bénédictine, qui a essaimé à travers les cultures et les pays du monde. La CIB a permis aux sœurs d’expérimenter en profondeur et de façon concrète toute la richesse du charisme bénédictin, qui s’exprime dans la vie de leurs communautés.

 

 

Bref historique de la CIB

La Confédération Bénédictine

Entre 1886 et 1893 le Pape Léon XIII a pris des mesures en vue de l’établissement de la Confédération bénédictine, la structure pour le réseau des Congrégations masculines existant à l’époque, avec l’Abbé Primat pour faire l’unité à la tête de la communauté à Sant'Anselmo à Rome. Le but de la Confédération était de créer et consolider des contacts internationaux entre les monastères bénédictins masculins afin de promouvoir la tradition commune du monachisme occidental et de préparer les moines grâce à des études sérieuses pour leur service dans l’Eglise du 20e siècle. Il n’y avait pas de fondation parallèle pour les bénédictines. Progressivement des monastères et des Congrégations féminines furent admis par association dans la Confédération bénédictine, mais pas avec tous les droits. Leur statut dans la Confédération ne leur donnait pas la possibilité de s’entraider par des rencontres régulières et des contacts internationaux.

Premières démarches en vue de constituer un réseau entre les bénédictines après Vatican II

Au Paragraphe 23 du Décret Perfectae Caritatis, ce document conciliaire concernant le renouveau de la vie religieuse, des conférences et des conseils de supérieurs majeurs sont expressément encouragés comme un moyen de tirer de l’isolement les petites communautés et de partager le potentiel. Depuis 1893 le Congrès des abbés était une telle conférence de supérieurs majeurs comprenant tous les monastères de Bénédictins. À partir de 1965 il devenait clair qu’il fallait faire quelque chose pour créer une semblable possibilité pour les Bénédictines.

1968

Le Synode des Abbés Présidents autour de l'Abbé Primat Rembert Weakland vota que le Primat constituerait une Commission pour les moniales et les sœurs et que cette Commission serait divisée en deux sections, une pour les moniales et une pour les sœurs, mais avec la (le ?) même secrétaire pour les deux. Il fut aussi décidé que ces deux groupes consultatifs seraient formés d'un nombre égal d'hommes et de femmes (Lettre circulaire aux Bénédictines du 28 octobre 1968). Ces deux Commissions se réunirent séparément autour de l’Abbé Primat un certain nombre de fois au cours des années suivantes.

1972

Le Synode des Présidents décide d'inviter la Commission des moniales et plusieurs prieures générales de sœurs bénédictines comme observatrices au Congrès des Abbés.

1980

La Confédération organisa un symposium du centenaire pour célébrer le 1500e anniversaire de la naissance de saint Benoît. Cinquante-cinq abbesses et prieures furent invitées pour représenter les femmes. C’était la première fois que des abbesses et prieures bénédictines, moniales et sœurs de diverses traditions et de diverses parties du monde se rencontraient à Rome, mais encore seulement en tant qu'invitées au Congrès des abbés.

CIBGroupe1984

Les deux Commissions se réunissent ensemble pour la première fois pour discuter de la possibilité d'une rencontre commune de moniales et sœurs.

1987

Les sœurs bénédictines invitent seize moniales et quarante sœurs pour une assemblée sur les implications de la règle de saint Benoît pour la vie des bénédictines, à la Casa Santo Spirito, maison généralice des sœurs bénédictines de Tutzing à Rome. Ce premier symposium organisé par les sœurs eut un rôle pionnier pour la coopération entre moniales et sœurs.

1988

Les deux Commissions fusionnèrent autour de l’Abbé Primat Victor Dammertz. Devaient en être membres des représentantes de dix-huit régions du monde, de Congrégations internationales et de l’AIM. Un Comité exécutif devait organiser le symposium suivant, commun à toutes. Le Comité exécutif rédigea un premier projet de statuts avec l’aide de l’Abbé Primat Victor Dammertz.

Pour plus de détails, voir le site de la CIB : http://benedictines-cib.org/index.html

 

Liste des Régions qui envoient des déléguées à la Conférence de la CIB

1. Italie, Malte

2. Espagne, Portugal

3. France, Israël   site web

4. Grande Bretagne, Irlande

5. Benelux

6. Allemagne, Autriche, Suisse, Scandinavie (AASS)

7. Pologne

8. Croatie

9. USA, Canada (avec 3 déléguées)

10. ABECCA (Association Bénédictine-Cistercienne des Caraïbes et des Andes)

11. Brésil

12. Cono-Sur

13. Corée, Japon, Taiwan, Vietnam

14. Philippines

15. Océanie

16. Afrique de l‘Est

17. Afrique Centrale et de l‘Ouest, Madagascar

18. Afrique du Sud, Namibie, Angola

19. Inde, Sri Lanka

Utilisateurs connectés

Nous avons 248 invités et aucun membre en ligne